A+ A-
Institution Nationale des Invalides -
Ecoutez le texte avec ReadSpeaker

Contacts utiles

Département des Ressources Humaines
Service du Personnel
6, boulevard des Invalides
75007 PARIS

Tel : 01 40 63 23 24
rh.ini@invalides.fr

Ecoutez le texte avec ReadSpeaker

Fiches métiers

Consulter les fiches métier :

 

Métiers spécifiques au Cerah :

Ecoutez le texte avec ReadSpeaker

Se rendre à l'INI

 

RER C
Invalides

Métro ligne 8
Invalides, Latour Maubourg
ou Ecole Militaire
Métro ligne 13
Varenne
ou St François Xavier

Bus ligne 82 & 92
Place Vauban

Plan d’accès
Plan des Invalides

 

Travailler à l'INI

1. Votre environnement de travail :

Travailler à l’INI c’est avoir l’opportunité d’exercer ses compétences au service des grands blessés dans un cadre prestigieux et historique unique. Lire l'historique des Invalides sur l'espace institutionnel.

2. Statut et rémunération

  • Statut :
    L’Institution nationale des Invalides, en tant qu’établissement public administratif, emploie des agents de l’Etat sous le statut de fonctionnaire d’Etat, d’agent sous contrat ou d’ouvrier d’Etat.
  • La rémunération :
    Elle comprend :
    • Le traitement principal, calculé en fonction du grade et de l’échelon, basé par référence à un indice majoré, la valeur du point indiciaire étant fixée chaque année pour l’ensemble de la fonction publique ;
    • Les compléments de traitement : l’indemnité de résidence, le supplément familial (le cas échéant) et une indemnité prenant en compte le coût du transport entre domicile et travail pour les agents utilisant les transports en commun ;
    • Les rémunérations accessoires, qui sont modulables en fonction de la présence, la manière de servir et le grade de l'agent.

3. Les horaires de travail

l’Institution nationale des Invalides pratique des horaires de travail soit fixes (personnels soignants) soit variables (personnels administratifs) :

Horaires fixes :

  • MATIN : 7h10 - 14h46
  • APRES-MIDI : 14h15 - 21h51
  • NUIT : 21h30 - 7h30

4. La crèche de l’INI

L’Institution est dotée d’une crèche qui accueille les enfants du personnel de 3 mois à 3 ans, de 6 h 40 à 19 h 00.

Située dans les locaux de l’INI, sa capacité est de 20 lits répartis par groupes d’âge.
Placée sous l’autorité d’une directrice de crèche, elle est contrôlée par les services de la Protection maternelle et infantile et composée d’une équipe permanente de 8 personnes qualifiées.

5. Services à votre disposition

  • Restauration - Self service
  • Bibliothèque médicale
  • Accès au bureau des logements du ministère de la Défense et des Anciens Combattants
  • Deux Associations partenaires de l’INI proposent des prestations au profit des personnels : le CSINI et le Foyer des Invalides.
    • Le Cercle sportif de l’INI est accessible à tout le personnel. Les activités sportives pratiquées sont diverses (éducation physique ou sport libre, ping-pong et musculation ; cours de gymnastique conduits par un moniteur de sport).
    • Le Foyer des Invalides met à la disposition du personnel un espace de détente et de restauration rapide.

Célia, infirmière à l'INI

Célia Lagier

 

 

 

 

Célia L., 27 ans, infirmière à l’Institution Nationale des Invalides

 

 

 

 

 

1. Un parcours sans faute depuis le bac :

Alors qu’elle termine sa seconde année d’étude d’infirmière à Dijon, Célia L. signe avec le ministère de la Défense et des Anciens combattants un « contrat d’allocation d’études ».

Ce contrat implique pour la Défense le financement de la troisième et dernière année d’étude de Célia (à hauteur de 80% du SMIC), et pour l’étudiante, un service de dix-huit mois* dans un établissement de l’armée après l’obtention de son diplôme.

Célia L. monte donc à Paris et découvre le cadre privilégié de l’INI pour l’exercice de sa profession. L’INI ce sont des services fonctionnels avec de la chirurgie, un plateau technique, des kinésithérapeutes, des ergothérapeutes, des équipes jeunes et dynamiques, et un cadre exceptionnel...

En moins d’un an, alors qu’elle est contractuelle, Célia L. est présentée à un jury de concours et devient « Infirmière civile de la Défense ». « Cela fait trois ans que je suis aux Invalides, depuis décembre 2008, mais je suis titulaire depuis un peu plus de deux ans maintenant. »

Deux voies s’offrent à elle : faire ses classes, entrer dans un processus d’intégration militaire ou, ce qui fut son choix, devenir personnel civil de la Défense.

* Durée portée à vingt quatre mois depuis 2011.

2. Les points forts de l’INI : polyvalence et formation continue :

« C’est ce qui fait que je ne regrette pas d’être ici, ce n’est pas cloisonné comme ailleurs. L’infirmière suit les patients, travaille en collaboration avec les kinésithérapeutes, ergothérapeutes, cardiologues, dermatologues, toutes les équipes. Une infirmière n’est pas juste employée aux prises de sang et aux pansements. Des réunions inter-services sont organisées chaque semaine, on approche donc beaucoup de disciplines.»

Alors qu’elle n’occupe son poste que depuis trois ans, Célia débute déjà un diplôme universitaire qui la spécialisera en « plaies et cicatrisation ».

« Je vais essayer de faire des stages chez les grands brûlés, au Val de Grâce, à Percy ou Bégin. J’ai envoyé des lettres de candidatures. C’est quelque chose que je n’aurais pas pu faire dans une autre structure parce qu’ailleurs, les diplômes universitaires ne peuvent être préparés que cinq ans après la prise de poste. »

L’INI offre des possibilités de formation au sein même de l’établissement, tous les ans, qui permettent aux infirmiers d’ajuster leurs connaissances, de progresser, d’apporter leur aide dans un autre service s’il y a un manque de personnel. Célia L. a choisi de suivre des formations sur les soins palliatifs.

3. Partager les mêmes valeurs, servir et donner

Spécialisée dans la rééducation et la réadaptation au quotidien, Célia L. côtoie des patients d’horizons variés, civils et militaires.

«  Je n’avais jamais travaillé avec des blessés militaires au cours de ma formation et c’est vrai que soigner quelqu’un qui s’est engagé pour la France, qui est parti pour nous, pour nous tous, et qui revient paraplégique, tétraplégique ou amputé, cela donne une autre dimension aux soins. Nous, personnel soignant, on s’engage à rendre à ce blessé un peu de ce qu’il a pu donner. »

L’INI, que les pensionnaires et les patients appellent couramment « La maison des invalides » fait figure de grande famille. « Les médecins militaires, les collègues, tout le monde se connaît. » Jamais, nous confiera Célia L. plus tard, un militaire blessé n’est laissé seul durant un week-end : il y a toujours un de ses collègues pour venir le visiter.

 

L’INI recrute :

Célia est sereine, fière de ce qu’elle a fait, dévouée à ses patients, enjouée à l’idée de poursuivre sa progression. Elle a su saisir des opportunités de formation mais également de logement (le BILRIF propose des appartements aux personnels de la Défense), de tarifs privilégiés pour les vacances et les loisirs (l’IGeSA offre des prestations toute l’année).

« On a tout sur place, même une crèche pour nos enfants ! »

Et comme Célia L. le dit si bien, « à la Défense, y a de la place, il y a du travail et de quoi faire carrière, l’INI recrute, alors renseignez-vous ! »

Mise à jour : 19 Mars 2012
haut de page
bandeau-0bandeau-1bandeau-2bandeau-3bandeau-4bandeau-5